English

Accueil > Actualités > Faits marquants > Co-évolution bio-culturelle entre l’homme et l’animal




Rechercher

Terre Univers Environnement

Co-évolution bio-culturelle entre l’homme et l’animal

Quand le développement de l’agriculture influence l’alimentation des chiens

par Chargé(e) de communication - 29 novembre 2016 ( maj : 14 décembre 2016 )

A quel point le mode de vie humain a-t-il influencé le métabolisme des premiers animaux domestiqués ? L’étude, menée sur des spécimens anciens de chiens européens et asiatiques et pilotée par des chercheurs de l’ENS de Lyon [1], du CNRS et du MNHN, a permis de lever un coin du voile. Les conclusions de leurs travaux de recherche viennent d’être publiés par Royal Society Open Science.

Les résultats ont mis en évidence que contrairement à leur ancêtre le loup, les chiens ont acquis la capacité à digérer l’amidon via la duplication du gène Amy2B, il y a au moins 7000 ans. Cette aptitude coïncide avec une étape ancienne du développement de l’agriculture et reflète une adaptation à un changement alimentaire. Cette découverte constitue un exemple de co-évolution et reflète l’influence de la culture humaine sur le génome des premiers chiens.

Crâne et mandibule de chien provenant du site néolithique de Bercy (Paris, ca. 4000 av. J.-C.)
© J.-C. Domenech Musée de l’Homme

Les entités françaises ayant participé à ces travaux :
- la plateforme nationale de paléogénétique PALGENE (CNRS/ENS de Lyon) / Institut de génomique fonctionnelle de Lyon (CNRS/ENS de Lyon/Univ Claude Bernard) et Laboratoire d’écologie alpine (CNRS/Université Grenoble Alpes/Université de Savoie),
- le laboratoire « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » (CNRS/MNHN),
- l’Institut de génétique et développement de Rennes (CNRS/Université de Rennes 1).

En savoir +
Lire également l’article de vulgarisation (en anglais) paru dans Science magazine

Source :
Ollivier M. et al. 2016 Amy2B copy number variation reveals starch diet adaptations in ancient European dogs, Royal Society Open Science, 9 novembre 2016. DOI : 10.1098/rsos.160449

Contact scientifique local :
- Catherine Hänni, LECA/OSUG : catherine.hanni (at) univ-grenoble-alpes.fr 06 13 84 27 45

Cette actualité est également relayée par
- l’Ecole normale supérieure de Lyon (ENS Lyon)
- l’Institut national écologie et environnement du CNRS (INEE)


Note
1. La première auteure de cette publication Morgane Ollivier, maître de conférences à l’ENS de Lyon, été également rattachée au LECA au moment de la réalisation de ce travail.

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017