English

Accueil > Actualités > Vie d’établissement > Semaine du cinéma scientifique au Burkina-Faso : l’OSUG représenté par 2 films




Rechercher

Terre Univers Environnement

Semaine du cinéma scientifique au Burkina-Faso : l’OSUG représenté par 2 films

du 16 au 20 octobre 2012

par assistant com’ - 16 octobre 2012 ( maj : 18 octobre 2012 )

L’Institut français accueille la deuxième édition de la Semaine du Cinéma Scientifique du mardi 16 au samedi 20 octobre 2012. Pendant 5 jours, des films et des débats avec des experts seront organisés sur des sujets passionnants tels que l’énergie, la pollution et la dépollution, la vie dans des conditions extrêmes... Parmi les 6 films au programme cette année, l’OSUG se trouve représenté à travers 2 films, impliquant le LGGE, le LTHE et l’ISTerre.

Programme de la semaine du cinéma scientifique

La semaine du cinéma scientifique est un évènement organisé à Ouagadougou au Burkina Faso visant à promouvoir la science et la technique auprès du grand public. Au cours de cette semaine, des films documentaires traitant des thématiques liées aux questions de développement (science, technique, culture, sociétés,…) et réalisés par des chercheurs, des étudiants, des cinéastes seront diffusés.

A l’initiative de l’IRD et de l’Institut Français, ce projet est parti du double constat de manque d’évènements autour de la promotion des films scientifiques et d’une absence de tribune d’expression pour les jeunes réalisateurs de films documentaires scientifiques au Burkina Faso. La combinaison du texte et de l’image sont un moyen de communication scientifique toujours apprécié.

Avec deux films programmés, les laboratoires de l’OSUG se distinguent sur cette deuxième édition de la semaine du cinéma scientifique :

- UN NUAGE SUR LE TOIT DU MONDE - Jeudi 18 oct. à 18h30
Un film d’Agnès Moreau
Conseiller scientifique : Yves Arnaud, LTHE
Avec la participation de Paolo Laj (LGGE), Yves Arnaud (LTHE)
Production : Le Miroir, Arte, IRD, Cnrs Images, 2012

Un nuage sur le toit du monde « L’air de l’Himalaya est aussi pollué que celui des villes d’Europe » C’est par ce titre choquant que le grand public a pu découvrir en octobre 2008 les résultats scientifiques de mesures atmosphériques réalisées à plus de 5 000 mètres d’altitude, au pied de l’Everest. Le toit du monde n’était donc plus cet îlot de pureté qu’on imagine encore souvent ! Après la découverte d’un gigantesque nuage de pollution sur l’Océan Indien, une équipe franco-italienne révélait pour la première fois des taux de concentration de particules de suie surprenants dans une espace aussi vierge que les hauts sommets himalayens.

Les nuages ne connaissent pas de frontières…. Et la science enquête… Prix du FReDD Film Recherche et developpement Durable, catégorie Film Long, Toulouse, 2012

- LA BOUE ET LE ROSEAU - Vendredi 19 oct. à 18h30
Un film de Claude Delhaye
Avec la participation d’Alain Manceau, ISTerre
Production : CNRS Images 2011

La boue et le roseau Certains végétaux ont la capacité de dépolluer les terres souillées et les eaux usées. Alain Manceau, biominéralogiste au CNRS, nous explique ce qu’est la phytorestauration et parle de sa collaboration avec la société Phytorestore. Dans une démarche de renouvellement des ressources naturelles, la phytorestauration (ou phytoremédiation) consiste à utiliser les végétaux pour l’élimination des polluants, comme les métaux lourds, tout en prenant en compte la valeur sociale, économique et paysagère des sites traités.
Thierry Jacquet, président et fondateur de la société Phytorestore et des collaborateurs évoquent les activités de la Bioferme située à Brosse-Montceaux en Seine et Marne, basées à 80% sur la dépollution des boues industrielles. Le procédé de "Jardins filtrants" développés avec les chercheurs du CNRS à ISTerre (Institut des Sciences de la Terre), permet, selon les conditions du milieu, de fixer à l’interface sol-racine (ou rhizosphère) les métaux lourds indésirables, ou bien de les éliminer dans la phase liquide, produisant ainsi, un compost réutilisable.
Les atouts de ce procédé sont majeurs : 10 à 100 fois moins cher que les techniques physico-chimiques ou mécaniques, unequalité biologique des ressources préservée, l’absence de produits nocifs et de pollution visuelle ou d’odeur.

Plus d’infos sur la semaine du cinéma scientifique :
Sur le site de l’IRD

Sous le haut patronage du Ministre de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, sous la présidence de Christian Seignobos (géographe et directeur de recherche émérite - IRD), en partenariat avec l’IRD, le CIRAD, le CNRS et la participation du FRSIT.

— 


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017