English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Ausculter les profondeurs de la Terre > Que cherche-t-on à observer ?




Rechercher

Terre Univers Environnement

Que cherche-t-on à observer ?

10 juin 2013

L’auscultation depuis sa surface, de l’intérieur de la planète terre tente de contraindre les mécanismes qui dirigent les phénomènes, enfouis, contrôlant la dynamique de la terre interne ; les mesures en surface en étant des expressions indirectes. Les services d’observations nationaux de l’INSU (institut du CNRS qui coordonne les recherches en sciences de la terre et de l’univers), regroupent les observations en sciences de la terre selon 5 axes :

A l’OSUG, nous sommes impliqués dans des services en géodésie, en sismologie, et en instabilités de versants, ainsi qu’en volcanologie dans le cadre d’un site instrumenté.

En partant du noyau, partie la plus profonde de notre terre, les observations du champ magnétique terrestre (le champ magnétique terrestre est généré par un effet de dynamo, interne à la terre, et induit par les mouvements de son noyau de métal liquide) ont pour objectif de mieux comprendre l’origine de ses variations pour des échelles de temps allant du siècle (variation séculaire) à la seconde (variations d’origine externe).

Plus d’informations sur le service national d’observation en magnétisme

Les observations de géodésie et de gravimétrie permettent l’analyse de la structure et de la déformation de la Terre. Des observations (qui souvent doivent être couplées entre elles, sous forme de réseau, pour s’affranchir de certains effets) apportent des informations tant en ce qui concerne l’étude de la Terre profonde que les couplages Terre solide-enveloppes superficielles ou encore l’étude de la déformation à une échelle intermédiaire entre la tectonique et la sismologie.

Plus d’informations sur le service national d’observation en géodésie-gravimétrie

En se rapprochant de la surface et de l’époque contemporaine, le second outil utilisé pour explorer et décrire l’intérieur de la terre s’appuie sur les observations des ondes émises par les séismes. Les ondes sismiques permettent d’une part de localiser les séismes qui les émettent et d’autre part de cartographier les propriétés (vitesse, atténuation, anisotropie...) de l’intérieur de la Terre.

Plus d’informations sur le service national d’observation en sismologie

Les territoires et départements d’Outre-mer abritent 3 volcans actifs. Au cours du 20e siècle, le volcan de la Montagne Pelée a causé la mort de 30.000 personnes en 1902-1905. C’est la première cause de mortalité par catastrophe naturelle en France et l’un des volcans les plus meurtriers du Globe. Pour améliorer la compréhension du fonctionnement des volcans et la prédiction des éruptions, l’objectif des observatoires volcanologiques est d’acquérir et de partages des observations multidisciplinaires sur des volcans types.

Plus d’informations sur le service national d’observation en volcanologique

Dans un contexte méthodologique proche de ce qui a été mis en place sur les volcans, l’objectif de l’observatoire des instabilités de versants (OMIV) est de fournir les observables qui permettent (1) d’identifier les processus physiques qui contrôlent les instabilités gravitaires, (2) de modéliser ces processus, (3) et d’extraire des observations les signaux caractérisant un changement de régime.

Plus d’informations sur le service national d’observation en instabilités de versants


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017