English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Décrypter les clés de l’Environnement > Que cherche-t-on à observer et à modéliser ? > L’Observatoire de la Mousson Africaine (SO AMMA-CATCH)




Rechercher

Terre Univers Environnement

L’Observatoire de la Mousson Africaine (SO AMMA-CATCH)

par Nadège Meunier - 19 novembre 2014 ( maj : 20 novembre 2014 )

Sites d’observation AMMA-CATCH en Afrique de l’Ouest

La variabilité du climat des régions du monde situées proches de l’équateur a un impact global et régional sur notre planète puisque c’est la source chaude du climat de notre planète. Dans ces régions, on observe bien souvent des cours d’eau asséchés, une diminution de la couverture végétale, une baisse du niveau des nappes… Tous ces facteurs doivent être suivis parce qu’ils influencent le quotidien des habitants de ces régions, conduisant parfois même jusqu’à des épisodes de famine. Grâce au SO AMMA-CATCH, les processus qui impactent le cycle de l’eau et la variabilité climatique sont étudiés sur une région de l’Afrique de l’Ouest englobant le Niger, le Bénin et le Mali. Le SO permet de comprendre, quantifier et à terme prévoir ces impacts grâce à des études globales, à diverses échelles spatiales et multidisciplinaires. Les observations permettent ainsi de mieux appréhender les interactions entre dynamique atmosphérique, cycle de l’eau et dynamique de la végétation. Ces observations permettent alors de documenter les différentes composantes de la Mousson Africaine ainsi que sa variabilité et son impact sur la ressource en eau.
Dans AMMA-CATCH, une fenêtre régionale en Afrique de l’Ouest permet de détailler la variabilité pluviométrique et hydrologique. Les mesures sont comparées aux sorties de modèles atmosphériques sur cette région et la variabilité temporelle des gradients pluviométriques est ainsi suivie annuellement. Ces mesures larges échelles sont complétées par des études plus fines (sur des régions plus réduites) des différents termes du bilan hydrique et pour le suivi de la dynamique de la végétation. Une échelle plus petite est encore proposée pour permettre de détailler sur des « super-sites » les relations entre phénomènes à la surface et/ou dans le sol avec ceux de l’atmosphère.

Focus 
La dégradation anthropique des sols amplifie les inondations du fleuve Niger à Niamey

Pour en savoir plus sur AMMA-CATCH sur les sites de l’INSU et de l’OSUG.

Site officiel d’AMMA-CATCH


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017