English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Scruter l’Univers > Réalisations instrumentales et logicielles




Rechercher

Terre Univers Environnement

Réalisations instrumentales et logicielles

Que ce soit de gros télescopes au sol, comme le Very Large Telescope au Chili (VLT) ou le Canada-France Hawaii Telescope (CFHT), ou des sondes spatiales, les moyens mis en œuvre sont considérables. En outre de nombreuses compétences (par exemple en optique, électronique, mécanique, informatique etc.) sont nécessaires pour développer les instruments qui seront installés sur ces télescopes ou sondes. Les équipes d’un laboratoire ne sont donc pas à même de réaliser seules ce type d’équipement. La réalisation de ces instruments est cependant souvent faite dans les laboratoires, car ils sont très spécifiques et doivent être conçus en étroite interaction avec les objectifs scientifiques. Etant donné les moyens mis en œuvre, ils requièrent l’implication de nombreux laboratoires et agences, souvent de plusieurs pays, qui forment des consortia assurant la conception, la réalisation et, dans le cas des télescopes au sol, la mise en place de ces instruments (par exemple ceux de l’ESO – European Southern Observatory).

La réalisation de ces instruments est de longue haleine : il se passe souvent plus d’une dizaine d’années, voire bien davantage dans le domaine spatial, entre les premières conceptions et la livraison d’un instrument. Cette réalisation passe par de nombreuses étapes. Les équipes regroupant des chercheurs et ingénieurs de plusieurs laboratoires répondent aux appels d’offre des agences spatiales ou des grands télescopes au sol. Avant et après acceptation éventuelle des projets, de nombreuses études sur des points spécifiques, dites de « recherche et développement », sont nécessaires afin de proposer des solutions techniques novatrices et fiables permettant de remplir des objectifs scientifiques pointus. Si l’instrument est accepté s’ensuit une phase de finalisation de la conception, puis de réalisation et de tests de l’instrument dans un environnement dédié, puis des tests sur site. A l’IPAG, les instruments réalisés sur place sont testés dans un hall d’intégration soumis à des contraintes fortes en termes de température et poussières, c’est le cas de SPHERE actuellement. Après livraison et tests au télescope, les instruments développés et/ou les données obtenues sont en général mis à disposition d’une communauté large, qui obtient du temps pour observer avec ces instruments sur appel d’offre. Quelques exemples d’utilisation sont donnés sur les pages décrivant les services d’observation.

Les logiciels font partie intégrante des instruments. Ces logiciels servent à l’acquisition des données au télescope ou au traitement des données. Outre la livraison des instruments eux-mêmes, les équipes responsables de la réalisation des instruments sont donc en général tenues de livrer ces logiciels pour mise à disposition de la communauté. Cette activité va parfois au-delà de la livraison lorsque le projet est terminé (c’est le cas du JMMC pour l’interférométrie).

Liens utiles :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017