English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Scruter l’Univers > Réalisations instrumentales et logicielles > La participation à la réalisation d’instruments pour des sondes spatiales > Les sondes Planck et Herschel




Rechercher

Terre Univers Environnement

Les dispositifs labellisés "Services d’observation"

Les sondes Planck et Herschel

27 août 2011 ( maj : 20 novembre 2014 )

Lancement de la fusée Ariane le 14 mai 2009
© C. Lawrence

L’IPAG a contribué à deux projets de sondes spatiales lancées conjointement le 14 mai 2009 : Planck et Herschel. Aucune réalisation instrumentale n’a cependant été faite à l’IPAG.

 

Vue d’artiste de Planck
© ESA

Planck est un satellite de l’Agence Spatiale Européenne, lancé le 14 mai 2009. Il succède à COBE et WMAP (NASA). PLANCK étudie tout particulièrement le rayonnement cosmologique en effectuant un relevé complet du ciel du ciel pendant près de 2 ans 1/2. En outre, il a permis d’observer de nombreux objets célestes, par exemple les amas de galaxies et le milieu interstellaire de notre galaxie.
Planck est placé sur une orbite centrée sur le point de Lagrange L2, à 1.5 millions de km de la Terre dans la direction opposée au Soleil. Planck a été développé au sein d’un consortium de plusieurs dizaines d’instituts (600 scientifiques) principalement européens et américains. Il comporte deux instruments, HFI (sous responsabilité française) et LFI (sous responsabilité italienne).

 

Le satellite Planck dévoile l’empreinte magnétique de notre Galaxie

Sources compactes détectées par Planck
© ESA, HFI and LFI Consortia
Carte obtenue par Planck après un an d’observations
© ESA, HFI and LFI Consortia, July 2010

L’IPAG, en étroite collaboration avec le Laboratoire de Physique subatomique et de Cosmologie et l’institut Néel à Grenoble, et l’Institut d’Astrophysique de Paris, est impliqué dans l’étalonnage et la réduction des données de HFI, qui est placé sous la responsabilité de l’Institut d’Astrophysique Spatiale. HFI est constitué de 54 bolomètres opérant dans diverses bandes de 100 à 857 GHz, à une température de 0.1 degrés Kelvin, c’est-à-dire très proche de -273 degrés Celsius : c’est l’objet le plus froid jamais lancé dans l’espace. Cet instrument sera par exemple 600 plus sensible que le satellite COBE. Un an de mesure de HFI permet l’équivalent de 500 ans d’observation avec le satellite WMAP, qui a produit de très beaux résultats avec 9 ans de données. Planck a fonctionné nominalement et une première série de résultats (non cosmologiques) et un catalogue de sources compactes ont été publiés début 2011.

Liens utiles :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017