English

Accueil > La Formation > Formations universitaire > Masters > Stages de master > Archives > Ante 2017 > ... pour la spécialité "Terre solide" > Estimation de l’aléa sismique probabiliste : prise en compte des failles versus modèle de sismicité diffuse




Rechercher

Terre Univers Environnement

Estimation de l’aléa sismique probabiliste : prise en compte des failles versus modèle de sismicité diffuse

Probabilistic seismic hazard assessment : fault models versus diffuse seismicity

par Encadrants de stages - 27 juin 2013 ( maj : 7 mai 2014 )

Titre : Estimation de l’aléa sismique probabiliste : prise en compte des failles versus modèle de sismicité diffuse / Probabilistic seismic hazard assessment : fault models versus diffuse seismicity

Laboratoire de rattachement : ISTerre

Encadrant : Céline Beauval, Laurence Audin

Téléphone : 04.76.63.51.80

Mots clés : aléa sismique probabiliste, modèle d’occurrence de séisme, sismicité diffuse, failles.

Contexte et objectifs de la mission de stage :

L’estimation de l’aléa sismique probabiliste permet de proposer des cartes de mouvement du sol associé à une certaine probabilité de se produire dans les années futures. Ces cartes servent ensuite de base pour établir un zonage sismique pour un territoire.
Ce stage vise à mieux comprendre l’influence sur les estimations d’aléa de l’intégration de failles dans le modèle de sismicité. Jusqu’à présent les estimations de l’aléa sismique sur le territoire équatorien ne prenaient pas en compte directement les segments de faille identifiés par les géologues/tectoniciens, du fait que ces segments n’étaient pas suffisamment connus (extension, magnitude maximale, récurrence en magnitude). Depuis 2012, de nouvelles études de néo-tectonique, des tranchées paléo-sismique, et des mesures géodésiques, permettent de mieux décrire les systèmes de faille de Quito et de Pallatanga. L’objectif du stage sera d’intégrer ces segments dans le calcul de l’aléa, et de comprendre comment les résultats antérieurs, basés sur des modèles de sismicité diffuse, sont modifiés. Les incertitudes sur les paramètres décrivant les failles devront être quantifiés, et l’impact sur l’aléa estimé. Deux villes seront choisies comme sites d’étude, la ville de Quito et la ville de Riobamba plus au Sud. Les codes de calcul de l’aléa sismique probabiliste Openquake (programme GEM) ou CRISIS (Ordaz et al. 2013) pourront être utilisés.

Prérequis : étudiant motivé, connaissances en programmation et en sismologie

— 

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017