English

Accueil > La Formation > Formations universitaire > Masters > Stages de master > Eau - Climat - Environnement > Le cycle passé de l’azote par l’approche des carottages glaciaires




Rechercher

Terre Univers Environnement

Le cycle passé de l’azote par l’approche des carottages glaciaires

par Encadrants de stages - 20 septembre 2017

Titre : Le cycle passé de l’azote par l’approche des carottages glaciaires

Laboratoire de rattachement : IGE

Encadrant : Joel Savarino
Co-Encadrant : Nicolas Caillon

Téléphone : 04.76.82.42.51

Mots clés : carotte de glace, isotopes stables, chimie atmosphérique, neige, glace, climat

Contexte et objectifs de la mission de stage :
Depuis une quinzaine d’année notre groupe a développé une connaissance approfondie des processus physico-chimiques gouvernant l’enregistrement du nitrate dans les archives glaciologiques. A partir des études que nous avons menées dans le bassin Arctique et en Antarctique, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il était possible d’extraire une information pertinente sur le cycle de l’azote réactif à partir de l’analyse isotopique du nitrate contenu dans les carottes de glace. Archivé sur des milliers d’années dans les glaces, ce composé est donc porteur d’informations importantes sur l’état photochimique de l’atmosphère passée (zone de faible accumulation) et sur le cycle atmosphérique de l’azote (zone de forte accumulation).
Nous disposons d’un fond d’archive glaciologique permettant d’explorer le cycle de l’azote en différent point de l’Antarctique. Dans le cadre de ce stage de master 2, nous proposons d’étudier une carotte de glace extraite au site ABN (Aurora Bassin North, Antarctique), point médian entre la côte et le plateau Antarctique. Les objectifs scientifiques s’attacheront à interpréter les signaux isotopiques obtenus et de les replacer dans un contexte local, régional voire continental de modifications de paramètres environnementaux influençant le cycle de l’azote.
Ce travail met en jeu des techniques analytiques de pointe, notamment des techniques séparatives (GC, IC, ultrafiltration), d’analyse isotopique en flux continu (CF-IRMS) et des techniques novatrices faisant intervenir la culture de bactéries dénitrifiantes. En conséquence, l’étudiant devra être attiré par l’analyse chimique nécessitant un investissement dans du travail de laboratoire. Le candidat devra posséder (ou acquérir) les bases de l’analyse chimique, un intérêt pour les questions environnementales, et de bonnes aptitudes à travailler en équipe comme en autonomie.

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017