English

Accueil > La Formation > ANCIEN I Offres de stages > Archives des stages de master > ... pour la spécialité "Eau, Climat, Environnement" > Accumulation de neige et variabilité des isotopes de l’azote du nitrate en Antarctique de l’Est




Rechercher

Terre Univers Environnement

Accumulation de neige et variabilité des isotopes de l’azote du nitrate en Antarctique de l’Est

30 mai 2012

Titre : Accumulation de neige et variabilité des isotopes de l’azote du nitrate en Antarctique de l’Est

Laboratoire de rattachement : LGGE

Encadrant : Joel Savarino
co-Encadrant : Olivier Magand
Téléphone : 04.76.82.42.51

Mots clés : isotopes de l’azote du nitrate, Antarctique de l’Est.

Contexte et objectifs de la mission de stage :

L’Antarctique de l’Est est sans conteste la zone du globe où les précipitations sont les plus faibles. Du fait de son isolement, cette région du monde a été peu explorée et encore moins étudiée. Il en découle naturellement une méconnaissance de la variabilité de l’accumulation et des processus ayant lieu à la surface d’une neige pourtant soumise à un intense rayonnement ultra violet. Or, il est très probable que les glaces les plus anciennes que l’on pourrait dater se trouvent dans cette partie du globe. Avec l’objectif de mieux cerner cet environnement unique, un programme d’exploration a été entrepris et a rapatrié un ensemble d’échantillon de neige dont l’analyse reste à accomplir.
Le travail du stage aura deux objectifs. Inclus dans le cadre d’une étude plus globale (radar, physique de la neige, accumulation, rayonnement), l’analyse chimique permettra dans un premier temps d’établir l’accumulation de neige des sites échantillonnés. Pour cela une série de carottes de neige sera analysée en continu pour déterminer la concentration en sulfate dont les pics majeurs sont synonymes d’éruptions volcaniques bien datées. Une comparaison des profondeurs de ces éruptions entre les sites déterminera la variabilité spatiale des accumulations. En parallèle, l’analyse isotopique du nitrate prélevé à 1m de profondeur permettra de déterminer l’évolution des fractionnements isotopiques et de les mettre en corrélation avec l’évolution de l‘accumulation. Ainsi, de l’approche isotopique et de l’évaluation de l’accumulation seront déduis les caractéristiques de cette neige en zone de très faible accumulation.

Prérequis : Ce travail s’adresse à un(e) étudiant(e) motivée par la recherche, le travail de laboratoire, la chimie analytique, et la compréhension des mécanismes fondamentaux régissant l’archivage de l’information dans la neige. Ce travail pourra éventuellement donner lieu à une poursuite des travaux dans le cadre d’un doctorat.

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017