English

Accueil > La Formation > ANCIEN I Offres de stages > Archives des stages de master > ... pour la spécialité "Terre solide" > Évolution et impact de la mousson Indienne sur l’érosion continentale à l’Holocène




Rechercher

Terre Univers Environnement

Évolution et impact de la mousson Indienne sur l’érosion continentale à l’Holocène

par Encadrants de stages - 30 juin 2015

Évolution et impact de la mousson Indienne sur l’érosion continentale à l’Holocène

Laboratoire de rattachement : ISTERRE (équipe de Géochimie)
Encadrants : Alexandra Gourlan
Mail : alexandra.gourlan@ujf-grenoble.fr
Téléphone : 04 76 63 59 13
Mots clés : mousson, érosion continentale, géochimie isotopique, sédiments marins.

Contexte et objectifs de la mission de stage :
La mousson d’été indienne est un des phénomènes météorologiques les plus suivi et étudié du sous-continent asiatique. Elle alimente et draine de grandes fleuves comme le Ganges, Brahmapoutre, l’Indus et les fleuves péninsulaires comme le Mahanadi, le Krishna, la Narmada et le Tâpti mais aussi de grands fleuves à l’Est tels que l’Irrawaddy, la Salween et le Sittang. Les fluctuations de son intensité dans le passé ont, d’une part, influencé temporellement et spécialement la formation et le relargage d’argiles et de matériel détritique dans le Golfe du Bengale et la mer d’Arabie et, d’autre part, ont impacté l’agriculture, la flore, la faune et les civilisations passées. Par conséquent, le Golfe du Bengale et la mer d’Arabie sont des zones potentielles pour déchiffrer les changements paléoclimatiques du sous-continent indien ayant eux-mêmes affectés les civilisations Indiennes. Grâce aux sédiments marins, qui sont des archives paléoclimatiques, il est ainsi possible de reconstruire le climat passé, la paléocirculation et l’érosion continentale.

Le projet de recherche proposé porte sur les fluctuations et l’intensité de la mousson d’été Indienne et plus particulièrement sur son impact sur l’érosion continentale ainsi que sur son lien dans l’effondrement de la civilisation Harappéenne (ancienne civilisation de la vallée de l’Indus) de l’Holocène Moyen à récent. Pour cela une analyse isotopique en Nd et Hf sera effectuée sur une des deux carottes marines de surface qui seront forées cet été dans la mer d’Arabie, à l’embouchure de l’Indus et du Narmada.
Les analyses effectuées sur les sédiments marins d’une de ces carottes permettront 1) de compléter les connaissances sur la relation entre le climat et l’érosion continentale Himalayenne sur l’Holocène moyen à récent et 2) en connaissant l’évolution climatique locale au cours de cette période, de mieux comprendre le lien entre le climat et l’effondrement de la civilisation Harappéenne et de trancher sur le débat impliquant soit une cause naturelle (par exemple par un changement du cours de l’Indus ou la mise en place d’un barrage naturel) associés à un changement de régime de mousson ou soit une cause humaine (par l’arrivée d’envahisseur) comme cause de cette disparition.

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017