English

Accueil > Sciences pour Tous > Ressources à consulter > Etoiles, planètes, trous noirs... > Conférences enregistrées (podcasts) > L’idéal géométrique des systèmes du Monde




Rechercher

Terre Univers Environnement

L’idéal géométrique des systèmes du Monde

par Xavier Delfosse (IPAG), le 7 juillet 2011, dans le cadre du Collège de l’École Doctorale

par assistant com’ - 22 janvier 2013 ( maj : 23 juillet 2013 )

L’idéal géométrique des systèmes du Monde : des cercles aux épicycles ou quand un paradigme se transforme en dogme Partant du principe qu’aucune qualité sensible n’est une réalité en soi, car changeante (un objet chaud deviendra froid ; quelle est sa réalité en soi : chaud ou froid ? ), Platon et Aristote cherchent ce que peut être la réalité cachée et stable derrière les apparences trompeuses. Ainsi pour Platon la réalité, l’idée à l’origine du monde est « beauté, proportion et vérité ». Cette signification doit se retrouver dans le modèle du monde : celui-ci est fait de manière harmonieuse. La figure géométrique la plus harmonieuse, la plus continu étant la sphère et le cercle, ils sont à la base de monde. Aristote rajoutera une physique sur cette image du monde : le mouvement naturel au delà de la Lune est circulaire et uniforme et un « moteur » unique met en route le système complet. Ce cadre proposera une méthode de travail scientifique, qui offrira de magnifiques succès scientifiques (le « miracle grec ») dans la reproduction des mouvements dans le ciel à parti de modèles géométriques à base de cercles et d’épicycles. Les scientifiques grecs n’hésiteront pas, lorsqu’il le faut, à remettre en cause les principes fondamentaux d’Aristote. Mais ces principes se transformeront petit à petit en dogme, comprenant notamment une forte contrepartie religieuse. Lorsque les modèles de déplacements circulaires et uniformes atteindront leurs limites devant le gain de qualité des mesures de positions des astres, près de 2000 ans après Platon, le changement de paradigme nécessaire ne se fera pas sans mal. Les résistances seront très nombreuses et amèneront des scientifiques en prison (Galilée). Au cours de cette histoire où un paradigme se transforme en dogme puis doit être détruit, nous croiseront les astronomes grecs, arabes et occidentaux ; de Platon et Aristote à Kepler, Galilée et Newton.

Partie 1 :

Si la vidéo ne peut pas être lue, veuillez la télécharger depuis le site de podcasts de Grenoble Université

Partie 2  :

Si la vidéo ne peut pas être lue, veuillez la télécharger depuis le site de podcasts de Grenoble Université


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017