English

Accueil > Toutes nos actualités > Vie d’établissement > Huit membres de l’OSUG dans la liste des « Highly cited researchers »




Rechercher

Terre Univers Environnement

Huit membres de l’OSUG dans la liste des « Highly cited researchers »

par assistant com’ - 15 juillet 2014 ( maj : 23 juillet 2014 )

A partir des publications issues de l’ensemble des revues scientifiques mondiales, la société d’édition professionnelle Thomson ISI (Institute for scientific information) détermine les citations cumulées de chaque article. Cela lui permet de déterminer les chercheurs les plus cités dans chaque discipline. Fin juin, Thomson ISI a rendu public sa nouvelle liste des chercheurs figurant dans la catégorie dite « Highly cited ».

 

Le classement 2014 présente 3 215 chercheurs, dont 78 exercent en France, parmi 21 disciplines. L’OSUG y est bien représenté, avec la citation de 8 chercheurs, à savoir par ordre alphabétique :

  • Jean-Marc Barnola, chargé de recherche CNRS au LGGE (décédé prématurément en 2009)
  • Alain Campargue, directeur de recherche CNRS au LIPhy (équipe LaME)
  • Jérôme Chappellaz, directeur de recherche CNRS au LGGE
  • Sandra Lavorel, directrice de recherche CNRS au LECA
  • Frédéric Parrenin, chargé de recherche CNRS au LGGE
  • Dominique Raynaud, directeur de recherche émerite CNRS au LGGE
  • Pierre Taberlet, directeur de recherche CNRS au LECA
  • Wilfried Thuiller, directeur de recherche CNRS au LECA

 

Méthodologie utilisée par la société Thomson ISI pour établir la nouvelle liste des « Highly cited researchers »
Depuis une vingtaine d’années, la société Thomson ISI s’est imposée comme une référence pour les études bibliométriques utilisées par les personnels comme les dirigeants des universités et organismes de recherche au niveau mondial. Elle propose notamment la base de données JCR (Journal citation reports) donnant le facteur d’impact de près de 14 000 journaux scientifiques. En 2001 puis en 2004, cette base a permis à la société Thomson ISI d’identifier environ 7 000 chercheurs, toutes disciplines confondues, dont le nombre de citations des articles publiés entre 1981 et 1999, puis entre 1984 et 2003, était particulièrement élevé. Ceci a conduit à la nouvelle dénomination de « Highly cited researcher » initiée par Thomson ISI.
Bien que cet indicateur doive être considéré avec les précautions d’usage (par exemple car les disciplines scientifiques peuvent largement différer entre elles sur les pratiques de citations et les journaux utilisés pour diffuser l’information scientifique, ou parce que le progrès scientifique ne repose pas uniquement sur des articles fortement cités), il a permis de mettre à jour certains articles et auteurs ayant particulièrement marqué leur domaine par leur impact vu par l’indicateur « nombre de citations ». Un des défauts de cet indicateur consistait probablement à mettre en avant plutôt des chercheurs seniors, dont le cumul de citations d’articles anciens mais remarqués tendait à croître fortement avec le temps.
 
Pour l’établissement de sa nouvelle liste « Highly cited 2014 », Thomson ISI a procédé autrement : tout d’abord la période étudiée porte sur les articles publiés entre 2002 et 2012. Ensuite, au lieu de considérer le cumul des citations de tous les articles d’un auteur donné dans la période de référence, seulement les articles constituant le 1% le plus cité par discipline et par année de publication ont été retenus. Cette méthode supprime le biais naturel favorisant les articles anciens accumulant des citations, et surtout permet de révéler de plus jeunes chercheurs. La taille de la liste de « Highly cited researchers » retenus pour chaque discipline est également pondérée par la taille de la communauté scientifique concernée. En savoir plus.

 

Cette actualité est également relayée par
- Université Joseph Fourier - UJF
...

 


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017