Reconstruction des variations atmosphériques rapides du méthane au cours des derniers 65 000 ans à partir d’enregistrements continus dans les carottes de glace. (Reconstructing fast variations of atmospheric methane over the last 65,000 years from continuous ice core records.)

Laboratoire(s) de rattachement : IGE (Institut des Géosciences de l’Environnement), équipe iCe3 (Carottes, Climat, Chimie)

Encadrant : Martinerie Patricia

Co-encadrant : Parrenin Frédéric et Faïn Xavier

Niveau de formation & pré-requis : M2R
Pré-requis :
Goût pour la simulation numérique, maîtrise d’un langage de programmation appréciée, Connaissances en physique, mathématiques, sciences atmosphériques, paléo-environnements appréciées (Taste for numerical simulation, knowledge of a programming language appreciated, Background in physics, mathematics, atmospheric sciences, paleo-environments appreciated)

Mots-clés : carottes de glace, cycle du méthane, changements climatiques rapides (ice cores, methane cycle, fast climate changes)

Le méthane est un gaz à effet de serre majeur dont la concentration atmosphérique a fortement réagi aux variations climatiques passées. Sa mesure dans les carottes de glace permet à la fois de mieux comprendre la variabilité climatique passée et de contraindre le piégeage des gaz dans la glace.

En effet, les enregistrements à très haute résolution du méthane dans les carottes de glace permettent d’évaluer et corriger les données de l’effet du lissage des signaux par le piégeage progressif des gaz dans la glace. Ce piégeage se produit dans un intervalle d’une dizaine de mètres de profondeur au fond des névés polaires et sa durée dépend en premier lieu du taux de précipitation.

Dans le cadre de ce stage, les deux enregistrements les moins lissés disponibles en Antarctique (WAIS Divide et Fletcher Promontory) seront utilisés pour dé-convoluer l’effet de lissage du névé et reconstituer au mieux les variations rapides du méthane au cours des derniers 65 000 ans.

L’étudiant(e) réalisera des simulations avec un modèle existant (code fortran, environnement linux avec utilisation de shell scripts) et interagira avec ses encadrants pour évaluer ses résultats. Il(elle) interprétera les données en termes de vitesses de variation du méthane atmosphérique et impact du lissage sur la synchronisation des signaux entre carottes de glace.

Pour candidater : Adresser un CV et une lettre de motivation par email à l’adresse ci-dessous :
patricia.martinerie univ-grenoble-alpes.fr


English version :
Methane is a major greenhouse gas. Its atmospheric levels reacted strongly to past climate variations. Methane measurements in ice cores allow both to better understand climate variability and constrain the effect of gas trapping in ice.

Very high resolution methane measurements in ice cores allow to evaluate and correct for the smoothing effect of progressive gas trapping in ice. Gas trapping occurs in a depth interval of about ten metres at the bottom of polar firns, and its duration depends in first instance on the snow accumulation rate.

During this internship, the least smoothed available records from Antarctic ice (WAIS Divide and Fletcher Promontory) will be used to de-convolute the smoothing effect of firn and best evaluate the fast atmospheric variations of methane during the last 65 000 years.

The student will perform simulations with an existing model (fortran code, linux environment using shell scripts) and will interact with his/her supervisors in order to evaluate the results. He/she will interpret the results in terms of speed of variation of atmospheric methane and impact of firn smoothing on the synchronization between different ice cores.

Pour candidater : Adresser un CV et une lettre de motivation par email à l’adresse ci-dessous :
patricia.martinerie univ-grenoble-alpes.fr