English

Accueil > L’Observation > Les services d’observation à l’OSUG > Services d’Observation de l’INSU > Surfaces et Interfaces Continentales > GLACIOCLIM




Rechercher

Terre Univers Environnement

GLACIOCLIM

Les glaciers, un observatoire du climat.

19 juillet 2012 ( maj : 28 juin 2014 )

Objectifs scientifiques :

Glacioclim a pour but de constituer une base de données glacio-météorologiques sur le long terme afin :

  • D’étudier la relation Climat-Glacier c’est-à-dire comprendre les relations entre les variations climatiques et les bilans de masse glaciaires (analyse des flux de masse et d’énergie entre glacier et atmosphère) à différentes échelles spatiales (locale à régionale) en combinant mesures de terrain et télédétection.
  • De comprendre la réponse dynamique des glaciers (variations d’épaisseur, de longueur, de vitesse d’écoulement) aux fluctuations des bilans de masse
    et étudier les risques naturels d’origine glaciaire.
  • D’étudier la contribution glaciaire aux débits des torrents émissaires (extension thématidue glacio-hydrologique du SOERE labellisée en 2010)
    afin de prévoir l’évolution des ressources en eau à l’aval.
  • D’étudier les changements de régime thermique des glaciers de haute altitude et les impacts possibles sur la stabilité des glaciers suspendus
    (extension thématique du SOERE labellisée en 2010).

Implémentation :

Pour documenter l’impact du changement climatique dans des zones climatiques variées, les sites d’observations initiaux de Glacioclim depuis 2002 sont répartis sur les sites suivants :

  • les régions tropicales andines : glaciers de l’Antizana (Equateur, 0°), et du Zongo (Bolivie, 16°S) suivis par l’IRD et ses partenaires andins
  • les Alpes : glaciers de Saint Sorlin, Argentière, Gébroulaz, Mer de Glace, Sarennes (45° à 46°N) suivis par le LGGE-OSUG
  • les régions polaires : zones de Terre Adélie (Cap Prud’Homme) (67°S), et Dôme C (75°S) suivies par le LGGE-IPEV

Dans le cadre de la labellisation SOERE en 2010, les extensions géographiques aux sites suivants sont prévues :

  • l’Himalaya (glaciers du Mera (Népal, 28°N) et du Chota Shigri (Népal, 32°N))
  • un glacier de Kerguelen (glacier de l’Astrolabe, 67°S)
  • un glacier Pyrénéen (Glacier d’Ossoue)

Toujours dans le cadre de la labellisation SOERE, des extensions thématiques sont également prévues :

  • utiliser la télédétection spatiale pour étendre la mesure des bilans de masse à l’ensemble des surfaces englacées des massifs montagneux que couvrent
    le SOERE Glacioclim,
  • l’étude du réchauffement climatique à haute altitude dans les diverses zones climatiques de Glacioclim, difficilement accessibles à la mesure
    météorologique directe. Sites à définir : Goûter, Brenva, Illimani, Himalaya.
  • un suivi hydrologique des glaciers : Argentière ; Zongo, Antizana, Chhota Shigri, Mera.

L’équipe effectue les mesures suivantes :

  • Mesures glaciologiques (de 1 à 4 fois par an selon le site) : Bilans de masse estival, hivernal et annuel (forages, balises et carottages), Bilans de
    masse volumétriques (photogrammétrie), Vitesse d’écoulement de surface (GPS), Variations d’épaisseur (GPS), Cartographie du front (GPS).
  • Mesures météorologiques (en continu)
  • Albédo journalier (Photos terrestres)

A prévoir dans le cadre de la labellisation SOERE :

  • Mesures hydrologiques (stations limnimétriques, pluviomètres)
  • Mesures des températures (thermistances) dans les trous de forage à haute altitude
  • Réalisation de modèles numériques de terrains par télédétection spatiale.
  • Mesure des effets de marée et de la déformation en surface sur le glacier de l’Astrolabe (ligne d’échouage).

Partenaires et collaborations :

De nombreux partenaires permettent le co-financement ou la réalisation des mesures actuelles de GLACIOCLIM.

IHH en Bolivie : suivi des mesures de bilans de masse, hydrologiques et météorologiques.

INAMHI en Equateur : suivi des mesures

Unité ETNA à l’IRSTEA Grenoble : observations de bilans de masse du glacier de Sarennes, en collaboration avec le LGGE.

Institut Polaire Paul Emile Victor (IPEV) : moyens logistiques et financiers pour la partie Antarctique

HydroScience Montpellier-IRD (HSM) : appui technique pour le développement et la maintenance d’instruments, et plus spécifiquement dans les Andes.

JNU en Inde et DHM au Népal : suivi des deux glaciers himalayens
Legos , CNRS : expertise pour les outils de création de Modèles Numérique de Terrain à partir d’images satellitaires

Association ´ Moraine ª : observations des bilans de masse du glacier d’Ossoue

Calendrier :

A partir de 1957 : Premières observations sur les sites alpins par le LGGE

1991 : Premières observations sur le site des Andes

2004 : Initiation des premières observations en Antarctique

2005 : Labellisation SO en section Océan-Atmosphère de l’INSU

2010 : Passage en section Surface et interfaces continentales de l’INSU

2010 : Labellisation SOERE

Tâches de service actuelles au LGGE et au LTHE (OSUG) :

  • 3 chercheurs CNAP du LGGE (OSUG) remplissent les tâches suivantes :

mesures glaciologiques (de 1 à 4 fois par an selon le site) et mesures météorologiques (en continu) sur les glaciers :
Zongo (Bolivie), Antizana (Equateur), Argentière (France), Mer de Glace (France), Saint Sorlin (France), Gebroulaz (France),
Terre Adélie (Antarctique), Dome Concordia (Antarctique).

  • 5 chercheurs CNRS, 2 ingenieurs CNRS et un maître de conférence participent également au service GLACIOCLIM au sein du LGGE.

Liens utiles :

Site officiel de GLACIOCLIM

IPEV

IRD

Contacts :

contacts locaux :

Responsables nationaux de GLACIOCLIM : Delphine Six, Antoine Rabatel, Vincent Favier

Responsables locaux  :

  • Alpes : Delphine Six
  • Andes : Patrick Wagnon et Antoine Rabatel
  • Antarctique : Vincent Favier

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017