English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Décrypter les clés de l’Environnement > Que cherche-t-on à observer et à modéliser ? > L’observatoire des glaciers polaires et de montagne (SO GLACIOCLIM)




Rechercher

Terre Univers Environnement

L’observatoire des glaciers polaires et de montagne (SO GLACIOCLIM)

par Nadège Meunier - 19 novembre 2014 ( maj : 20 novembre 2014 )




JPEG - 22 ko
Glacier de l’Astrolabe, terre Adélie, Antarctique
© D. Six / LGGE

Grâce à ce SO, ce sont les variations des glaciers que l’on cherche à observer. En effet, l’évolution des glaciers est l’un des indicateurs importants sélectionnés par le Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (IPCC) pour situer la variabilité et les tendances climatiques au cours du dernier siècle. Observer les glaciers permet désormais de disposer d’un indicateur climatique essentiel pour le passé comme pour le futur. Ainsi, dans les Alpes, ce sont parfois plus de 100 ans de mesure d’avancées ou de reculs de ces glaciers qui sont disponibles et permettent de quantifier les changements du climat à très haute altitude dans des régions où il est difficile de faire des mesures.

Glaciers et réchauffement climatique, Une conférence pour débattre avec des scientifiques

En plus de disposer d’un indicateur des variations du climat robuste, le suivi des glaciers est un enjeu majeur pour leurs impacts sur la société. Ainsi, dans certaines régions du monde, la ressource en eau est directement liée à la fonte des glaciers. Connaître les stocks d’eau est primordial pour les populations très dépendantes de ces réserves comme en Himalaya ou dans les Andes. Ailleurs c’est l’hydroélectricité qui est influencée par la fonte des glaces. Ce point est crucial dans les Andes où de grandes capitales comme La Paz (Bolivie) ou Quito (Equateur) sont en majorité dépendantes des glaciers pour leurs ressources en eau potable ou en hydroélectricité. Il est également primordial dans les régions montagneuses himalayennes. Dans ce contexte les Alpes constituent un excellent terrain pour étudier les relations entre les précipitations (pluie, neige), les glaciers et les débits des rivières.

À la recherche d’eau liquide sous le glacier de Tête Rousse

D’autre part, des centaines de millions de personnes dans le monde vivent sur les côtes et seront affectées par l’évolution du niveau des mers dans l’avenir. Même si la glace continentale et son évolution est une réalité lointaine pour ces populations, l’impact en terme de niveau des mers sera une réalité tangible. Enfin, la stabilité des glaciers ou la formation des lacs sur, sous ou à l’aval des glaciers, sont des risques naturels majeurs dont l’évolution est très largement préoccupante et le sera d’autant plus en contexte de changement climatique. Il est important de connaître ces risques, d’en comprendre et d’en modéliser les mécanismes. C’est le cas des poches d’eau ou des chutes de séracs.

Pour en savoir plus sur GLACIOCLIM sur les sites de l’INSU et de l’OSUG

Site officiel de GLACIOCLIM


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2016