English

Accueil > L’Observation > Qu’est-ce qu’un service d’observation ? (tout public) > Scruter l’Univers > Réalisations instrumentales et logicielles > La réalisation d’instruments pour les grands télescopes > La très haute résolution spatiale : le VLTI et le JMMC




Rechercher

Terre Univers Environnement

Les dispositifs labellisés "Services d’observation"

La très haute résolution spatiale : le VLTI et le JMMC

27 août 2011 ( maj : 20 novembre 2014 )

Observations multi-instruments
Voyage au coeur d’un système solaire triple en formation

L’IPAG est également très impliqué dans la conception et la réalisation d’instruments utilisant l’interférométrie, et notamment pour le Very Large Telescope au Chili (VLTI). L’interférométrie est une technique qui permet d’atteindre de très hautes résolutions spatiales en utilisant certaines propriétés de la lumière. L’objectif est de fournir à la communauté astronomique une instrumentation interférométrique (instruments complets ou parties novatrices d’instruments). Depuis 1997 l’IPAG s’est ainsi impliqué dans l’instrument AMBER, divers prototypes d’optique intégrée, et dans des études pour les instruments de deuxième génération. Actuellement l’IPAG est impliqué dans l’instrument GRAVITY.

Instrument AMBER
© ESO
Vue d’artiste représentant l’étoile MWC297 vue par la tranche incluant un disque protoplanétaire et un vent stellaire
© Malbet et al. 2007

AMBER a été le premier instrument à avoir mélangé 3 faisceaux provenant des télescopes du VLTI. Cet instrument fonctionne dans le proche infrarouge qui est une zone d’émission des étoiles les plus courantes. Un de ses particularités est sa capacité de résolution spectrale permettant d’allier haute résolution spatiale et haute résolution spectrale permettant de séparer physiquement des zones d’émissions compactes mais ayant des vitesses différentes. Un des premiers résultats d’AMBER a été de montrer que la lumière reçue des étoiles jeunes comprenait non seulement la lumière venant de l’étoile et du disque de poussière contenant les planètes en cours de formation, mais aussi de la matière éjectée de façon extrêmement véloce (voir figure). Les cibles d’AMBER sont les régions circumstellaires des étoiles à différentes stades de leur évolution de la formation des étoiles aux étoiles dans les étapes ultimes de leur vie. Récemment des noyaux actifs de galaxie ont été observés. La réduction des données d’AMBER est soutenue par le JMMC. AMBER a été construit par un consortium de 5 laboratoires européens pour le compte de l’ESO et l’instrument a vu sa première lumière en 2004.

Représentation schématique de l’implantation de Gravity au VLT

L’IPAG est actuellement impliqué dans l’instrument GRAVITY, également destiné au VLTI. Le principal objectif de GRAVITY est l’étude à haute résolution spatiale du centre galactique, et plus particulièrement le voisinage du trou noir central. Les autres études porteront sur les trous noirs de masse intermédiaire, les orbites stellaires autour de trous noirs supermassifs dans d’autres galaxies, les noyaux actifs de galaxies, les disques circumstellaires et les jets autours d’étoiles jeunes. GRAVITY est un imageur à haute précision astrométrique (10 micro-arcsecondes : ceci correspond par exemple à un détail de 18 mm sur la Lune vue de la Terre) et est équipé d’un système d’optique adaptative fonctionnant dans le proche infra-rouge.

5 instituts européens participent à sa réalisation. L’institut responsable du projet est le Max-Planck-Instituts für extraterrestrische Physik (Garching, Allemagne), et la contribution française est pilotée par le LESIA (Observatoire de Meudon). La contribution de l’IPAG concerne la réalisation des composants d’optique intégrée, qui assurent la recombinaison de 4 faisceaux du VLTI au sein de l’instrument scientifique et du suiveur de franges, ainsi que la caractérisation des lignes à retard fibrées et des contrôleurs de polarisation fibrés. La livraison de Gravity est prévue pour 2013-2014.

Le Service d’Observation JMMC (Centre Jean-Marie Mariotti) complète cette activité de réalisation instrumentale avec une expertise forte en traitement de données interférométriques. Le JMMC est un réseau de 11 laboratoires français possédant une expertise en interférométrie, et dont le centre de coordination est l’OSUG/IPAG. La mission du JMMC est donc de coordonner les actions des laboratoires partenaires dans ce domaine afin que les utilisateurs exploitent au mieux ces instruments. Tous les instruments interférométriques dans lesquels les laboratoires français sont impliqués sont concernés par le JMMC. Le centre de coordination est doté de moyens matériels et humains permettant la réalisation, la maintenance et la distribution des logiciels accompagnant la recherche. Les missions du JMMC peuvent se résumer ainsi :
Développer et maintenir les logiciels de traitement de données afin de permettre l’exploitation des instruments interférométriques et notamment ceux équipant le VLTI
Stimuler et coordonner la formation de non-spécialistes, par exemple des étudiants en thèse de doctorat
Participer à la prospective sur les nouveaux instruments

Liens utiles :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2017