English

Accueil > La Formation > Offres de stages > Archives des stages de master > ... pour la spécialité "Terre solide" > Cycle sismique au Sud Pérou par InSAR et GPS




Rechercher

Terre Univers Environnement

Cycle sismique au Sud Pérou par InSAR et GPS

par Encadrants de stages - 11 décembre 2014

Lieu du stage : ISTerre, Grenoble

Contact : anne.socquet@ujf-grenoble.fr

Encadrantes : Anne Socquet, Marie Pierre Doin, Laurence Audin

Parmi les plus forts séismes mondiaux figurent ceux liés à la subduction Pacifique le long des Andes d’Amérique du Sud. La zone située au Nord Chili / Sud Pérou a été reconnue comme une zone de lacune sismique, où un grand séisme pourrait se produire. Le séisme d’Arequipa en 2001 et le Séisme de Pisagua en 2014 ont rompu une partie de cette zone, mais 500km de gap restent à rompre depuis la fin du XIXème siècle (1868).

L’objectif de ce stage est de cartographier la déformation au Sud du Pérou par interférométrie radar. Nous proposons de traiter les archives SAR existantes (ERS, Envisat, ALOS), le long de deux longues traces InSAR parallèles, s’étendant depuis la côte jusqu’au travers des Andes. La première trace sera localisée à la longitude d’Arequipa, et aura pour but de détecter la déformation inter, co- et post-sismique associée au séisme de subduction de Mw8.3 de juin 2001. La seconde trace aura pour but de cartographier la déformation plus à l’Est, afin d’évaluer la quantité de chargement intersismique dans la zone qui n’a pas rompu depuis 146 ans.

Ces données InSAR seront traitées avec la suite NSBAS qui permet d’obtenir des séries temporelles peu bruitées à partir d’une pile d’interférogrammes. Les mouvements du sol détectés par InSAR seront ensuite comparés aux séries temporelles de déplacement mesurées par GPS dans la zone d’intérêt, où des réseaux de stations GPS ont été installés par ISTerre. Le champ de déformation obtenu au travers des Andes sera comparé aux cartes tectoniques de la cordillère, afin d’identifier les structures crustales à risque. Enfin, les données seront modélisées afin d’estimer le couplage intersismique, et le glissement post-sismique sur l’interface de subduction (la source du séisme a déjà été étudiée).

Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2016