English

Accueil > LabEx "OSUG@2020" > Actions soutenues > Thèses > 2017 > Recherche d’exoplanètes telluriques autour des naines M : caractérisation fine de l’effet de l’activité stellaire et étude statistique des populations planétaires




Rechercher

Terre Univers Environnement

Recherche d’exoplanètes telluriques autour des naines M : caractérisation fine de l’effet de l’activité stellaire et étude statistique des populations planétaires

Lucile MIGNON, IPAG, oct. 2017 - oct. 2020

par Chargé(e) de communication - 11 avril 2018 ( maj : 17 avril 2018 )

Doctorant : Lucile MIGNON, IPAG, oct. 2017 - oct. 2020
Direction : Xavier Delfosse (IPAG), Xavier Bonfils (IPAG) & Nadège Meunier (IPAG)
Financement : 100 % Labex
Ecole Doctorale : Ecole doctorale de Physique

Résumé

Beaucoup d’effort se focalisent sur la recherche de planètes telluriques autour des étoiles naines rouges, éventuellement en zone habitable. Ces systèmes permettront les premières caractérisation d’atmosphères d’exoplanètes telluriques dès le lancement du JWST en 2018. La limite principale de leur détection par la méthode des vitesses radiales est l’activité stellaire.
Le but de la thèse est de finement caractériser les effets de l’activité stellaire des naines rouges pour pouvoir partiellement les corriger. Cette analyse permettra de calculer les limites de détections des exoplanètes et de déterminer ensuite les fréquences d’occurence des planètes autour des naines rouges. Cette thèse est liée à la préparation et à l’analyse des premières données qui viendront de SPIRou. SPIRou est un spectropolarimètre qui sera installé au Canada France Hawaii Telescope à l’automne 2017 qui est soutenu par l’OSUG via un service d’observation SO2 et via un fort soutien financier du labex OSUG@2020, associé à la Vice-Présidence recherche de l’UJF (à la hauteur de 80kE(labex)+160kE(VPR)).

Calendrier

  • 1ere année : caractérisation de l’amplitude du jitter vitesse radial des naines M via les données HARPS, recherche et classification de comportement différents de ce jitter en fonction du type d’activité / en parallèle comparaison pour quelques étoiles de vitesses radiales obtenues en optique (HARPS) et dans l’infrarouge (SPIRou)
  • seconde année : introduction des jitters vitesse radial caractérisés durant la première année dans une modélisation des jeux de données vitesse radiale, estimation des taux de complétude de détection des planètes, calcul de la fréquence d’occurence de planètes autour des naines M / participation aux détections d’exoplanètes avec SPIRou
  • troisième année : finalisation des travaux entrepris, rédaction et soutenance


Dans la même rubrique :


       

Crédits et mentions légales | Contact | Plan du site | © OSUG - 2018