Fanny Brun lauréate du prix de recherche L’Oréal-UNESCO "Pour les femmes et la science"

Fanny Brun en 2018 © Carl Diner pour la Fondation L’Oréal
Le 8 octobre 2018, la Fondation L’Oréal a dévoilé la liste des 30 jeunes chercheuses lauréates de son programme L’Oréal-UNESCO "Pour les femmes et la Science". Parmi elles, Fanny Brun doctorante en glaciologie à l’Institut des géosciences de l’environnement.

Cérémonie de remise des bourses L’Oréal - UNESCO

Chaque année, la Fondation L’Oréal, aux côtés de l’UNESCO, soutient plus de 280 jeunes chercheuses dans le monde. En France, 20 doctorantes et 10 post-doctorantes ont été récompensées par les membres du jury de sélection de l’Académie des sciences, lors d’une cérémonie organisée au Palais de la découverte le 8 octobre 2018.

© Jean-Charles Caslot pour la Fondation L’Oréal

Sélectionnées parmi près de 900 candidatures, elles ont reçu une bourse (15 000 € pour les doctorantes et 20 000 € pour les post-doctorantes), qui va les aider à poursuivre leur carrière et poursuivre leurs travaux de recherche.

Issues de tous horizons scientifiques, ces jeunes femmes ont en commun l’excellence de leur parcours et la volonté de partager leur passion pour la science.

Fanny Brun, glaciologue spécialisée dans l’étude de l’évolution des glaciers de l’Himalaya, compte parmi les lauréates. Elle prépare actuellement aux côtés de son directeur de thèse, une nouvelle expédition sur un glacier asiatique et va pouvoir investir le montant de cette bourse de recherche dans ce projet qui vise à étudier le processus d’accumulation de la neige. Une belle récompense pour cette jeune chercheuse de 27 ans.

Les glaciers d’Asie et le cycle hydrologique

Les grands fleuves, comme le Gange, prennent leur source dans les hautes montagnes d’Asie, région la plus fortement englacée en dehors des zones polaires. S’ils constituent une ressource capitale pour les populations locales, de nombreuses questions subsistent quant à leur processus d’alimentation. Les recherches sur les mécanismes de fonte ont pour l’instant été centrées sur les Alpes, dont la topographie est très différente de celle des régions d’Asie. En revanche, la fonte des langues glaciaires asiatiques, couvertes de débris rocheux, reste encore peu connue.

Fanny Brun réalise sa thèse à l’Institut des géosciences de l’environnement (IGE / OSUG - CNRS, Grenoble INP, IRD, UGA) de l’Université Grenoble Alpes (*), et souhaite résoudre cette énigme en s’intéressant aux processus de fonte dans les parties basses des glaciers. "Mes travaux actuels portent sur l’influence de la couverture de débris rocheux sur l’évolution des glaciers et mes travaux futurs porteront sur la variabilité spatio-temporelle des précipitations en altitude."
À l’heure où les scientifiques cherchent à prévoir l’évolution future de ces glaciers, documenter les changements des glaciers dans l’Himalaya, prédire la réaction de ces bassins versants aux changements climatiques, ainsi que leur impact sur la ressource en eau, sont les éléments de réponses que cette spécialiste du cycle hydrologique apportera à cette problématique cruciale.

Découvrir le reportage de France 3 dédié à Fanny Brun


Article original publié par l’Université Grenoble Alpes.

La presse en parle :

> Reportage France 3 Alpes