Capacité des données stéréoscopiques Pléiades pour quantifier les variations de masse de glaciers de montagne aux pas de temps annuel et saisonnier

Laboratoire(s) de rattachement : IGE

Encadrant : Antoine Rabatel

Co-encadrant : D. Cusicanqui, F. Brun, C. Vincent

Niveau de formation & pré-requis : - Notions de glaciologie, de topographie et géodésie
-  Programmation (Python, ou autre langage du même type)
-  Traitement de données
Mots-clés : Glaciologie, Bilan de masse, Glaciers de montagne, Télédétection satellite optique, géodésie.

Les bilans de masse des glaciers (variations de volume) sont des indicateurs remarquables des variations du climat et de son évolution. Néanmoins, les observations in situ restent lourdes à mettre en place et peu de glaciers sont donc instrumentés et suivis. Les données satellites constituent une excellente opportunité pour compléter les observations de terrain et quantifier les variations de masse des glaciers à l’échelle régionale.
Dans le cadre du projet KALIDEOS – Alpes labellisé par le CNES (https://alpes.kalideos.fr/drupal/fr) et en lien avec le Service National d’Observation GLACIOCLIM (https://glacioclim.osug.fr/), une grande quantité de données stéréoscopiques a été acquises depuis 2012 par les satellites Pléiades (0,5 m de résolution spatiale) sur les principaux massifs des Alpes françaises. Ainsi, on dispose de données au pas de temps annuel pour chaque zone d’intérêt, et pour le massif du Mont-Blanc aux pas de temps saisonnier et quasi-mensuel pendant la période estivale.
Les données stéréoscopiques permettent d’établir des modèles numériques de terrain (MNT) qui, par différence, permettent de quantifier les variations d’altitude de la surface des glaciers et donc de quantifier leur changement de volume au cours du laps de temps séparant les MNTs, ce que l’on appelle la méthode géodésique. Cette méthode est classiquement employée au pas de temps multi-annuel (5 à 10 ans). L’objectif de ce stage est d’estimer la capacité des MNTs générés à partir des données Pléiades pour appliquer cette méthode à des pas de temps annuel à saisonnier. Les changements de volume estimés par la méthode géodésique seront comparés aux mesures de terrain, pour estimer la robustesse de la méthode.

Pour candidater : Adresser un CV et une lettre de motivation par email à l’adresse ci-dessous
- Antoine Rabatel : antoine.rabatel univ-grenoble-alpes.fr
- Fanny Brun : f.brun-barriere uu.nl
- Diego Cusicanqui : diego.cusicanqui univ-grenoble-alpes.fr