Reconstruction de la variabilité saisonnière des conditions basales des glaciers à terminaison terrestre à partir d’une expérience synthétique.

Laboratoire(s) de rattachement : IGE

Encadrant : Gillet-Chaulet Fabien

Co-encadrant : Gagliardini Olivier, Mouginot Jérémie

Niveau de formation & pré-requis : Master 2 - compétence en modélisation, méthodes numériques et mathématiques.

Mots-clés : modélisation, méthodes numériques, dynamique glaciaire, hydrologique sous-glaciaire

Les mesures de vitesses d’écoulement des glaciers à terminaison terrestre en périphérie du Groenland montrent une variabilité temporelle assez marquée, avec un contraste important entre l’hiver et l’été.
Ces variations s’expliquent par la variabilité de la fonte en surface. L’eau de fonte, canalisée vers le socle dans les moulins, alimente et met en charge le réseau hydrologique sous-glaciaire, ce qui contribue à la modulation des vitesses de glissement de la glace sur son socle rocheux.
Les processus à la base des glaciers, par définition inaccessible directement, restent très mal contraints et, en général, les conditions à la base sont estimées par méthodes inverses à partir des vitesses de surface.
Une étude synthétique récente avec un modèle couplé d’hydrologie sous-glaciaire et d’écoulement de la glace a montré que l’augmentation de la fonte prévue dans les décennies à venir pourrait avoir un impact non négligeable sur la prévision du bilan de masse de ces glaciers (Gagliardini et Werder, 2018).
Dans ce stage de M2, nous utiliserons ces expériences synthétiques afin de répondre aux questions suivantes :
-  avec quelle précision les méthodes inverses permettent-elles de reconstruire la variabilité des conditions basales ?
-  quel est l’impact sur les prévisions si l’on n’observe que les vitesses d’hiver ?
-  quelle doit être la fréquence d’observation pour estimer au mieux les vitesses moyennes annuelles ?
Nous sommes à la recherche d’un candidat motivé ayant le goût pour la modélisation, les méthodes numériques et les mathématiques.
Ce travail pourra potentiellement se poursuivre en thèse à partir d’Octobre 2020, dans le cadre du projet ANR SOSIce.

Pour candidater : Adresser un CV et une lettre de motivation par email à l’adresse ci-dessous :
jeremie.mouginot univ-grenoble-alpes.fr