SISMalp

Le réseau de surveillance sismique des Alpes françaises SISMalp participe, au sein de l’instrument RESIF, à la surveillance sismique des Alpes occidentales qui sont soumises à une activité sismique plus marquée que le reste du territoire métropolitain. Au cours des vingt dernières années, environ 15 000 secousses y ont été enregistrées et localisées. Chaque année, une trentaine de séismes ont une magnitude suffisamment élevée pour être ressentis par la population. Rares sont cependant les séismes atteignant ou dépassant la magnitude 4 (un événement tous les 3 ans en moyenne).

Objectifs

L’objectif est de surveiller la sismicité des Alpes françaises afin de mieux comprendre la sismotectonique Alpine, mieux estimer le risque sismique, mieux connaître la structure profonde de la lithosphère alpine, et constituer une banque de données homogène pour mener des recherches fondamentales sur la source sismique.
Le réseau développé dans ce but n’est pas un réseau d’alerte, mais, lorsque survient un séisme régional, une localisation préliminaire est habituellement disponible en quelques minutes. Elle n’est cependant diffusée auprès des autorités et des médias qu’après avoir été contrôlée. Lorsque la magnitude atteint ou dépasse 2,5, un communiqué est diffusé.

Paramètres mesurés

Le réseau compte une quarantaine de stations équipées de vélocimètres large bande (sismomètres mesurant la vitesse de déplacement du sol sur une gamme de fréquence allant de 0.01 à 30 Hz environ) qui transmettent en temps réel leur donnée à l’observatoire de Grenoble. Ces stations sont intégrées dans un projet d’échange transfrontalier de données temps réel entre la France, l’Italie et la Suisse (projet Interreg Rise). Elles sont utilisées pour détecter et localiser en temps réel la sismicité alpine.
En outre, une dizaine de station équipé de capteur dits "courte période" sont déployées spécifiquement dans les zones les plus sismique des Alpes telle que l’Ubaye et la vallée de la Maurienne. Ces points d’observation supplémentaires sont indispensables pour préciser certains paramètres tels que la profondeur et la localisation du foyer, ou encore pour déterminer les mécanismes au foyer des séismes.

Implication de l’OSUG

L’OSUG est responsable des stations sismologiques vélocimétrique des Alpes du nord (SISMalp) qui sont pour la plupart intégrés au réseau national RESIF-RLBP, coordonne RESIF ainsi que le centre de données sismologiques associées.
ISTerre est impliqué à différents niveaux :

  • responsabilité des stations SISMalp LB et CP
  • gestion du site web sismalp.osug.fr qui présente la sismicité des Alpes.

Collaborations

Sismalp a été lancé en 1987 avec un financement provenant de l’Institut national des sciences de l’Univers (CNRS), de la Délégation aux risques majeurs (ministère de l’Environnement), du conseil général de l’Isère et de la région Rhône-Alpes, ce qui a permis le déploiement d’une quarantaine de stations du lac Léman à la Corse et du Massif central à la frontière italienne. L’appui du projet de recherche Interreg Rise a été essentiel pour développer, à partir de 2009, l’aspect temps réel et un échange transfrontalier des données, en collaboration avec les universités de Nice et de Gênes, et l’institut polytechnique fédéral de Zurich.
Dans le même temps, le projet RESIF a permis d’installer de nouvelles stations sismologiques permettant ainsi une meilleure couverture des Alpes.

Le fonctionnement du réseau est assuré chaque année par certains conseils généraux (Isère, Alpes-de-Haute-Provence, Haute-Savoie, Hautes-Alpes, Ain et Savoie), l’Institut national des sciences de l’Univers et l’observatoire de Grenoble.

Site web SISMalp

Contact local SISMalp LB : Laurent STEHLY (ISTerre/OSUG) | laurent.stehly[at]univ-grenoble-alpes.fr

Coordination RLBP : Jérôme VERGNE (EOST) | jerome.vergne[at]unistra.fr

Coordination ReNaSS : Marc Grunberg (EOST) | marc.grunberg[a]unistra.fr

OSU Partenaires : OCA | OMP | OSUNA | OPGC | OREME | IPGP | EOST



Crédit bandeau : SISMalp/OSUG